Chacune des peintures de Clémentine Chalançon a pour point de départ une photographie qu'elle a prise. À l'atelier, l'enjeu est ensuite de détacher son regard et ses intentions du document pour faire que la peinture advienne selon ses propres conditions, dans sa propre temporalité.

  • Sans titre

    Sans titre

    Huile sur toile, 80 x 60,3 cm, 2022

  • Poissons (Krka)

    Poissons (Krka)

    Huile sur toile, 110,5 x 50,5 cm x 2, 2021

  • Sans titre (Soleils)

    Sans titre (Soleils)

    Huile sur toile, 14,6 x 18,2 cm, 2020

Sans bien savoir comment, l'expérience – errances à travers le paysage, étonnements et émerveillements- est instillée dans la peinture, qui acquiert une certaine densité.

Éblouissements et reflets, bords de la nuit et autre zones limites, empreintes et vestiges de l'homme dans des lieux dits naturels, fragments de paysages à peine identifiables : par le choix de ces motifs, son travail s'attarde aux frontières du visible.

La Serre (Saint-Étienne) a récemment accueilli la première exposition personnelle de Clémentine Chalançon.
Son travail a également été exposé lors de la Biennale de Rabat et au sein du programme Résonnance de la Biennale de Lyon.
En 2020, elle bénéficie d'une résidence aux Ateliers du Plessix-Madeuc (Saint-Jacut-de-la-Mer, Bretagne).
Sa dernière exposition personnelle se tient à la petite galerie de Françoise Besson, Lyon, de mai à juillet 2022.
Été 2022 : résidence Le Manoir, Mouthier-Haute-Pierre. Elle prendra également part à la biennale d'art et architecture de Vierzon, Infinie liberté, un monde pour une démocratie féministe, organisée par le Frac Centre en septembre 2022.

Contacter par email
  • Tape

    Tape

    Huile sur toile, 30 x 25 cm, 2019

  • Vue d'exposition

    Vue d'exposition

    À l’ombre les mains vides, La Serre, Saint-Etienne, 2021